Wiki de la chaudière, principe de fonctionnement

Afin de vous permettre de choisir la technologie qui correspondra le mieux à vos besoins, nous avons rédigé cette synthèse sur le principe de fonctionnement des chaudières à condensation et à basse température. Nous restons bien évidemment à votre disposition pour vous accompagner et vous conseiller dans vos choix.


Les chaudières : Principes de fonctionnement

♦ Les chaudières basses température.

Le chauffage avec une chaudière gaz basse température permet de faire jusqu’à 20% d’économie par rapport à une chaudière gaz classique. Son installation facile permet de profiter rapidement d’un matériel économe

→Le principe de fonctionnement de la chaudière gaz basse température

Comme les autres modèles, la chaudière gaz basse température fonctionne avec des brûleurs : le feu chauffe l’eau qui est ensuite diffusée dans les tuyaux pour alimenter les radiateurs ou le chauffage au sol. La principale différence avec une chaudière classique se situe au niveau de la température de l’eau de chauffage. En la chauffant à 50°C au lieu de 90°C, elle consomme moins de gaz qu’une chaudière classique pour chauffer votre logement, ce qui constitue des économies très intéressantes. À noter également que le rendement d’une chaudière gaz basse température atteint, voire dépasse les 90%. Concrètement, cela signifie qu’elle va restituer 90% de l’énergie issue de la combustion du gaz.

princeipe_chaudieres_basse_temp

→ Une eau moins chaude mais un confort préservé.

Si l’eau qui circule dans vos appareils de chauffage est moins chaude grâce à la chaudière gaz basse température, cela ne signifie pas que vous serez moins bien chauffé. Bien sûr, une eau plus chaude va transmettre plus d’énergie calorifique à l’air ambiant. Néanmoins, un autre facteur entre en compte, celui de la surface d’échange de la chaleur. Plus celle-ci est importante, plus la chaleur sera transmise à l’air de votre habitation, et c’est là que la chaudière compense sa plus faible température de chauffe. Afin de tirer un maximum de bénéfices de votre chaudière gaz basse température, il est recommandé de poser des radiateurs basse température couvrant plus de surface, la solution idéale étant la mise en place d’un plancher chauffant qui diffusera une chaleur douce et agréable. Evidemment, cela implique un surcoût sur vos travaux, et il est donc important de savoir si cette solution est la plus intéressante pour vous. En prenant en compte les spécificités de votre logement (taille, niveau d’isolation, etc.), notre simulateur d’économies d’énergie vous indique les solutions les plus recommandées sur un plan économique.

→ L’évacuation des fumées, un point important à ne pas négliger.

Comme c’est le cas pour d’autres chaudières, le fonctionnement de la chaudière gaz basse température entraîne la production de fumées. Elles peuvent être évacuées par un conduit de cheminée si votre maison en possède un. Dans ce cas, la seule précaution à prendre est de le tuber, c’est-à-dire le doubler, afin de le protéger de l’humidité. S’il n’y a pas de conduit, les fumées seront évacuées par un système de « ventouse » placé sur le mur et conduisant à l’extérieur. L’intervention d’un professionnel est fortement recommandée, dès lors que celui-ci va être à même de décider si votre conduit est adapté, ou s’il convient de percer le mur pour y mettre en place une ventouse.

 

♦ Les chaudières à condensation.

Le principe de fonctionnement de la chaudière gaz à condensation présente de nombreux avantages pour les utilisateurs. En effet, cette solution est simple d’utilisation, consomme moins de combustible qu’une chaudière standard et offre un rendement souvent supérieur 100 %.

→ Le fonctionnement de la chaudière gaz à condensation.

Le fonctionnement de la chaudière gaz à condensation reprend le même principe qu’une chaudière traditionnelle et permet en plus de tirer profit de toute l’énergie produite lors de la combustion du gaz. Dans une chaudière classique, le circuit d’eau du chauffage central est réchauffé grâce à la combustion du gaz naturel. La chaudière gaz à condensation tire profit de l’énergie contenue dans les fumées de combustion. Les fumées émises lors de la combustion du gaz naturel contiennent de la vapeur d’eau. Cette dernière condense, en libérant de la chaleur. L’eau de retour du circuit de chauffage se réchauffe grâce à cette énergie. L’évacuation de l’eau libérée lors de la condensation (les condensats) se fait par le réseau des eaux usées.

principe_chaudieres

 

→ Comment optimiser le rendement de sa chaudière gaz à condensation ?

Selon les données de l’Ademe, le fonctionnement d’une chaudière gaz à condensation est plus économique que celui d’une chaudière classique. Elle consomme 15 à 20 % de combustible en moins que les chaudières standards. Pour optimiser ce rendement, il faut vous assurer que le matériau du conduit de fumées résiste à l’acidité des condensats évacués. Il convient également d’éviter de la brancher sur des radiateurs haute température, sauf s’ils sont assez grands pour fonctionner en mode chaleur douce. Les performances sont accrues avec un système de chauffage à basse température. L’idéal est de disposer de radiateurs et/ou de planchers chauffants à chaleur douce, c’est-à-dire avec de l’eau dont la température est comprise entre 45 et 55°C. En effet, plus la température de l’eau de retour est faible, plus le rendement de votre chaudière gaz à condensation est optimal.

→ Jusqu’à 110 % de taux de rendement pour les chaudières gaz à condensation.

Une chaudière gaz à condensation branchée sur un système de chauffage à basse température peut atteindre un taux de rendement de 110 %, c’est-à-dire qu’elle restitue plus d’énergie qu’elle n’en consomme. Vos factures énergétiques s’en trouvent automatiquement réduites. Cette performance est due à l’utilisation maximale de toute l’énergie contenue dans la combustion du gaz naturel au travers de la condensation. Un autre avantage lié au fonctionnement de la chaudière gaz à condensation : elle produit des fumées à des températures moins élevées que les systèmes traditionnels (environ 50°C au lieu de 200°C), ce qui réduit les effets polluants.